Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Mgr Charles-Madeleine Frézeau de la Frézelière
(1654-1702)
Le livre :

Godefroy Hermant (Beauvais, 1617 - Paris, 1690):
La vie de St Ambroise

chez Antoine Dezallier, à Paris, 1679
 
Le fer du possesseur :


Ecu timbré d’un chapeau épiscopal et d’une couronne ducale :

« Burelé d’argent et de gueules à la cotice d’or brochante »

sur les blasons de Montmorency, Rieux d’Asserac, Rohan, Bretagne,
Savonnières, La Trémoille, La Grandière et Saint-Germain

 
Mgr Charles-Madeleine Frézeau de la Frézelière
(Poitiers 4 septembre 1654 - La Rochelle 4 novembre 1702)


Colonel du Régiment de dragons de la Frézelière

Docteur en Sorbonne
Abbé commendataire de Saint-Sever-Calvados
Vicaire général de Strasbourg

Evêque de la Rochelle
Vitrail aux armes de Frézeau
cathédrale de la Rochelle
Un colonel des dragons ...

Charles-Madeleine Frézeau de la Frézelière commence sa carrière comme page du Roi dans la Grande Ecurie.

Il sert pendant cinq années, dans l'artillerie et dans les dragons, sous son père le marquis de la Frézelière, lieutenant général d'artillerie des places de l'est du royaume.

Il voit trois de ses frères mourir au combat. En pleine Guerre de Hollande il devient colonel du régiment de dragons portant le nom de sa famille.

Il profite de la paix de Nimègue en 1679 pour quitter la carrière militaire.
... devenu évêque de La Rochelle :

Vers 25 ans Charles-Madeleine Frézeau de la Frézelière entre dans un noviciat de jésuites et obtient en fin d'études son diplôme de Docteur en Sorbonne.

Il est pourvu en commende de l'abbaye N.D. de Saint-Sever-Calvados en Normandie et participe à sa rénovation à la suite d'un incendie.

En 1692 il est nommé grand-vicaire de Strasbourg avant d'être sacré évêque de la Rochelle le 27 juin 1694 à l'âge de 39 ans.

Les visites postorales des paroisses et des communauté du diocèse constituent la charge la plus lourde de l'évêque. Mgr Frézeau de la Frézelière prêche sept ou huit fois dans chaque paroisse. En huit années, de 1694 à 1702, ce prélat très actif effectue plus de 600 visites pastorales malgré les conditions difficiles de transport de l'époque.


Quand il n'est pas en déplacement dans son diocèse, Mgr Frézeau de la Frézelière reste peu dans son palais épiscopal. Il va à la Rochelle soulager les familles nécessiteuses, régler les différents, visiter les nouveaux convertis, etc.

Cette intense activité contribue sans doute à sa mort précoce, à La Rochelle le 4 novembre 1702, à l'âge de 48 ans.
Un prélat énergique :

Mgr Frézeau de la Frézelière, ayant gardé ses habitudes d'ancien militaire, dirige de façon très ferme son diocèse.

Il n'hésite pas à entrer en conflit si nécessaire. Deux exemples :


Ne disposant plus de cathédrale (l'ancien grand temple protestant avait été détruit par un incendie) l'évêque veut s'attribuer l'église Saint-Barthélémy, en disant avoir un ordre du Roi, et mettre ses paroissiens dans une chapelle Notre-Dame. Ceux-ci protestent avec leurs marguillers et réussisent malgré tout à faire flêchir l'évêque.

Les Soeurs de la Charité ne remplissaient plus correctement leurs missions hospitalières. En 1701 Mgr Frézeau de la Frézelière exige que 20 lits fondés par des donateurs soient enfin installés et que les Soeurs ne se fassent plus remplacer par des servantes pour leurs tâches et qu'elles forment bien leurs novices à ce service.
La famille Frézeau :

La famille Frézeau, originaire d'Anjou, remonte selon une filiation suivie jusqu'au XI° siècle.

Elle a produit de nombreux militaires qui se sont signalés par leur bravoure au cours des XVI° et XVII° siècles.

Le père de l'évêque, le marquis François Frézeau de La Frézelière, lieutenant-général de l'artillerie, est gouverneur de Salins en Franche-Comté.

La famille s'est alliée à de grandes maisons du royaume. Les Frézeau de la Frézelière aiment donc entourer leurs armoiries ( « burelé d’argent et de gueules à la cotice d’or brochante » ) par les blasons de leurs familles alliées.
Sources :

> Eugène Olivier, Georges Hermal, Robert de Roton : Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, planche  702
 
> L'emploi du temps des évêques, au XVIIe siècle, dans les diocèses de Luçon et de La Rochelle : http://www.persee.fr/doc/rhef_0300-9505_1963_num_49_146_1721

> Page Wikipédia de la cathédrale de la Rochelle :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Louis_de_La_Rochelle

> Notice historique sur la cathédrale de La Rochelle (page 60) :
https://books.google.fr/books?hl=fr&id=AdNLAAAAYAAJ&q=fr%C3%A9zeau#v=snippet&q=fr%C3%A9zeau&f=false

> Surveillance des Sœurs de la Charité : Bibliothèque de l'École des chartes, Volume 146, 1988, page 339/340

> Annuaire de la noblesse de France, 1841 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365890

 Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site