Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Avis de recherche ...

Cinq fers de reliure et quatre ex-libris restent à identifier.
Merci d'avance pour votre concours !


________________________________________________________________

 
Cinq fers à identifier :
1/ Un livre "à la Dubuisson" :



Abbé Velly : Histoire de France
à Paris, chez Desaint&Saillant, 1764






 
Le fer  est frappé sur une
superbe reliure en maroquin rouge,
avec une plaque de Dubuisson


 



Le fer à identifier :


Ecu timbré d’une couronne de comte :

« De ... au puits de ..., surmonté d'un arc (?) fleuronné de ... »
 
Non identifié par "Olivier" :


 
Le "Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises" (O. H. R.) a repéré ce fer frappé sur une Histoire de France de 1767 (sans doute la suite de mon livre) et sur un almanach de 1775.

Mais OHR n'a pas pu identifier le possesseur.

Même fer dans le catalogue de Rahir :

Edouard Rahir, dans son célèbre catalogue de
« livres dans de riches reliures des seizième, dix-septième, dix-huitième et dix-neuvième siècles »
(paru en 1910), présente, sous le N° 184-g,
une reliure différente de Dubuisson
portant un fer identique.
.
2/ Un livre aux armes de France ?



Les Pseaumes (sic) de David
à Paris, chez Elie Josset, 1702


 
N.B. : La reliure est de type "janséniste" : La reliure en maroquin noir, sans autre décor que le fer, cache à l'intérieur une bordure dorée, des pages de garde de papier marbré et des tranches dorées.
Le fer à identifier :




Ecu dans un losange (demoiselle)
timbré d’une couronne de prince français.





L'écu semble être aux armes de France (d'azur aux trois lys  d'or), ce que confirme la couronne princière.

Les armes de France pleines (sans brisures) dans un losange sont normalement réservées aux Filles de France.
 
Identifié par "Guigard" mais avec un problème :


 
L'Armorial du bibliophile de Joannis Guigard a noté ce fer et l'a identifié comme appartenant à "Elisabeth de Valois, fille de Henri IV, reine d'Espagne, 1550". L'intitulé est exact pour cette date si ce n'est qu'Elisabeth de Valois est la fille d'Henri II et non d'Henri IV.

Le fer, de style Renaissance pourrait correspondre. Malheureusement il est frappé sur un livre de 1702 !

En 1702 il n'y avait pas de "Filles de France". Les filles de Louis XV naitront bien plus tard et utiliseront des fers d'un style très différent.
.
3/ Un portefeuille armorié :




Le portefeuille, destiné à recevoir des lettres ou placets,
porte sur ses deux plats un fer armorié.




 
Le fer à identifier :


Ecu double timbré d’une couronne de duc, posé sur un manteau de pair de France et quatre bâtons de maréchal en sautoir, entouré d'une cordelière de veuve :

 
> A dextre (écu ovale) : Trois lionceaux couronnés.

> A senestre (écu rectangulaire) : Trois chevrons.
Un fer très proche chez "Olivier" :


 Le "Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises" (O. H. R.) répertorie un fer très proche (N° 417/3) pour
Anne de Beauvau-Craon, épouse du maréchal-duc de Lévis-Mirepoix.




                                    








 
Les similitudes sont très fortes entre les deux fers : La différence est que, dans un cadre absolument identique, les blasons de droite et gauche sont inversés et que les lionceaux ne sont que trois dans mon fer au lieu de quatre habituellement.
.
4/ Un lion couronné
 
Fer figurant sur bréviaire parisien de 1778 (auteur : Mgr Charles-Gaspard-Guillaume de Vintimille du Luc, archevêque de Paris, dont les armes figurent en 1ère page).
 
noter que le livre comportait au début une table manuscrite de matines et laudes, laissant à penser que le possesseur a été à une époque lié à une abbaye.


Non répertorié par "Olivier"

Le "Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises" (O. H. R.)  n’a pas répertorié
ce fer portant un lion couronné.
De nombreuses familles portent ces armes.

 
Certaines d'entre elles peuvent aussi faire supporter leurs blasons par deux griffons, telles que les familles d’Aubigné (Mme de Maintenon), de Saulx-Tavannes, de Luxembourg ou de Vintimille du Luc (pour cette dernière famille le lion est en écartelé et vient des armes des anciens vicomtes de Marseille).

Et, portant un lion couronné, on trouve aussi, en se limitant à la France, les familles Albert de Luynes, Chabannes, Vitré, Clisson, Pontbriand, Goüyon, Montfaulcon, Morel, Duault, Espinay, Foucault, Anché, Goullard, Barrau, Jourand, Biencourt, Guerting, Baleine, Beaumont, Blécourt, Bournouville,Brouilly, Busson, Cadrieu, Cays, Chapt, Desnots, Harlus, Ourches, Sailly, Balnot, Chambut, Guillaume, Pardieu, Raineval, Ravend, et j’en oublie…
.
5/ Un monogramme et un ex-praemio :
 
Un livre des "Sermons de Massillon" de 1753 comporte en première page un ex-praemio pour "Taupin de Rhosnai" avec la date de 17(5?)8.
Son fer de couverture est un monogramme avec un "R" et
une 2ème initiale.
 
 
Un Jacques Taupin de Rosnay, écuyer, apparait dans un Almanach du Rhône de 1770 comme contrôleur général des fermes, à Roanne.
Il devint directeur général des fermes du Roi à Poitiers en 1777 et exerça cette même fonction à Langres en 1783.
Il était marié à Henriette Marie Geneviève de Besombes.
S'agit-il du possesseur de ce livre ?


.
Quatre ex-libris à identifier :
1/ Un ex-libris de Du Pont des Plas ?


L'ex-libris de gauche a été apposé sur un livre de 1752.

J. Laguet a mis en vente un ex-libris identique quoique inversé (à droite), avec le blasonnement suivant :

" écartelé aux 1 et 4 : coupé d'argent au sautoir de gueules et d'or au pont de trois arches maçonné de sable, fasce d'azur brochant sur le coupé  (Du Pont) ;   aux 2 et 3 : d'azur au lion d'or accompagné de neuf besants d'or en orle  (Des Plas). "

Il l'attribue à une famille "Du Pont des Plas".
Les mêmes références sont dans la base de l'A.F.C.E.L.



 
Si la famille "Des Plas" ou "Desplas", originaire du Quercy, est connue avec ces armes (lion + 9 besants), je n'ai pas trouvé un "du Pont" avec le deuxième blason.
Une piste cependant : Le "Dictionnaire de la noblesse..." d'Aubert de la Chesnaye des Bois (1772) indique un mariage d'un "N. de Pons" avec Marie, fille de Pierre Desplas de Carriol, écuyer, (né à Figeac en 1665, chevalier d'honneur à la Cour des Aides de Montauban) qui porte les armes de la famille Des Plas.


2/ Un ex-libris sur un livre de 1768,
sans doute un évêque britannique
( détails en bas de la fiche du duc de Mortemart )



3/ Un ex-libris sur un livre de 1716
mention " Houat fecit "

( détails en bas de la fiche du baron de Vendeuvre )




4/ Un ex-libris
sur un livre de 1737
.
Si vous avez une idée concernant ces fers et ex-libris, merci de me contacter :



Créer un site
Créer un site