Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Marie-Thérèse d'Este-Modène, duchesse de Penthièvre 
(1726-1754)
Le livre :


Yves Valois :
Entretiens sur les vérités
pratiques de la religion,
pour l'instruction des officiers
et gens de mer


à Lyon, chez André Périsse, 1752





Le livre, dédié au duc de Penthièvre,
appartenait à son épouse.
Le fer du possesseur :


Ecu double timbré d’une couronne de prince français,
posé sur un manteau de pair de France :

 à dextre « de France au bâton péri en barre de gueules » (Penthièvre)

à senestre « écartelé, en 1 et 4 d'azur à l'aigle d'argent becquée languée et couronnée d'or, et en 2 et 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure endentée de gueules et d'or » (Este).

Marie Thérèse Félicité d'Este-Modène
(Modène 6 octobre 1726 - Rambouillet 30 avril 1754)

Mademoiselle de Modène


Fille de François III
, duc de Modène




Duchesse de Penthièvre
Un mariage prolifique :

Marie-Thérèse-Félicité d'Este est la fille du duc François III de Modène et de la duchesse Charlotte-Aglaé d'Orléans, elle-même fille du régent de France Philippe d'Orléans.

Mademoiselle de Modène épouse le 29 décembre 1744 Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre.

Le duc, très épris de sa femme, lui est totalement fidèle; ce qui est inhabituel à l'époque dans la haute noblesse. Les courtisans s'étonnent qu'il se conduise "comme un bourgeois et non comme un prince".

Ce mariage d'amour est très fécond : En moins de dix ans sept enfants naissent. Ils meurent pour la plupart dans les premières années, sans doute à cause de la consanguinité. Deux seulement atteindront l'âge adulte :

>
Louise-Marie-Adélaïde, marié au duc d'Orléans "Philippe Egalité",
> Louis-Alexandre qui mourra à 20 ans, laissant veuve la princesse de Lamballe.
La fille du duc de Modène :

La duchesse de Penthièvre est la fille de François III d'Este, 12ème duc de Modène (1698-1780).

Le duché de Modène avait été créé en 1452 par l'empereur Frédéric III pour la famille italienne d'Este, dont les membres étaient seigneurs de Ferrare. Ferrare étant incorporé aux États pontificaux en 1597, les Este restèrent ducs souverains de Modène et de Reggio, dans le cadre de l'Empire.

François III est apprécié par l'impératrice Marie-Thérèse. Il reçoit d'elle le gouvernement de la Lombardie.

Le duc épouse en 1720 Charlotte-Aglaé d'Orléans (1700-1761), fille du Régent, qui lui apporte une énorme dot. La duchesse s'ennuyant à Modène finit par retourner en France en 1744. Elle en profite pour marier sa fille aînée au duc de Penthièvre et sa cadette au prince de Conti.
Le duc de Penthièvre :

Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre (1725-1793), est le fils du comte de Toulouse, fils légitimé de Louis XIV.

Le jeu des successions lui fait attribuer les héritages fabuleux du comte de Toulouse mais aussi de son frère, le duc du Maine. Ses revenus annuels sont évalués à 6 millions de livres, ce qui fait de lui l'un des hommes les plus riches d'Europe.

Il est duc de Penthièvre, d'Aumale, de Rambouillet, de Gisors, de Châteauvillain, d'Arc-en-Barrois, d'Amboise, comte d'Eu et seigneur du duché de Carignan.

Il est nommé, en survivance de son père, amiral de France, grand veneur de France et gouverneur de Bretagne.

D'un caractère doux et bon sa popularité le protège et lui permettra en 1793 de mourir paisiblement dans son château de Bizy.

Peu avant il aura eu la douleur de connaître la mort atroce de sa belle-fille, la princesse de Lamballe, surintendante de la maison de Marie-Antoinette, et de voir son beau-fils, Philippe Egalité, voter la mort de Louis XVI.
Un très important patrimoine :
 
Le duc de Penthièvre est à la tête d'un énorme domaine foncier. Il possède de nombreux châteaux au long de sa vie: Rambouillet, Anet, Sceaux, Amboise, Aumale, Bizy,  Blois, Chanteloup, Dreux, Gisors, etc.

Le château de Rambouillet, où est né le duc, tient une place particulière. Il y passe beaucoup de temps et se consacre principalement à l'embellissement des jardins. Il développe le réseau de canaux pour constituer un ensemble d'îles et aménage à l'anglaise 25 hectares du parc.

Le couple ducal possède à Paris le somptueux hôtel de Toulouse (actuel siège de la Banque de France) construit par
Phélypeaux de la Vrillière.

Les Penthièvre se retirent fréquemment avec quelques intimes dans leur maison de La Rivière, près de Fontainebleau.


Le duc et la duchesse évitent au maximum les contraintes de la Cour et ne viennent à Versailles que pour les principales obligations protocolaires. Ils disposent cependant d'un appartement au château de Versailles. La chambre que la duchesse de Penthièvre occupe de 1744 à 1750 sera ensuite celle de Madame de Pompadour qui y mourra.
Les bibliothèques :

Héritier de la bibliothèque de son père, le comte de Toulouse, le duc de Penthièvre est aussi un grand bibliophile.

Le duc possède une bibliothèque dans chacun de ses nombreux châteaux, ainsi qu'à l'hôtel de Toulouse. La bibliothèque de Rambouillet, constituée par le comte de Toulouse, est enrichie par son fils. Le catalogue  des  livres  du  château  d’Anet,  établi  en  1784,  dénombrera  3121  titres. L'inventaire après décès mentionnera mille livres dans sa bibliothèque de l’Hôtel de Toulouse et plusieurs centaines dans celle de son château de Sceaux.

Pour sa part la duchesse de Penthièvre semble n'avoir eu que peu de livres personnels. Les ouvrages frappés à ses armes sont en effet très peu nombreux. Et encore certains d'entre eux, tels que celui présenté ici, semblent avoir été offerts à son mari : Le livre, destiné aux " officiers et gens de mer " et dédié à l'amiral de France, a probablement été offert au duc.
Une mort prématurée :
 
De constitution fragile et usée par ses nombreuses maternités, la duchesse de Penthièvre meurt à l'hôtel de Toulouse, à l'âge de 28 ans, en donnant le jour à son septième enfant qui ne lui survit que quelques heures.

Une foule immense accueille le convoi funèbre à la place des Victoires. La duchesse est inhumée au château de Rambouillet.

En 1783, suite à la vente de son domaine de Rambouillet à Louis XVI, Le duc de Penthièvre exhume les cercueils de sa femme et de ses enfants pour les transporter à la collégiale de Dreux.
Sources :

> Michèle Musy, Le duc de Penthièvre, Via Romana Editions, 2016, ISBN 2372710397 9782372710398

> Honoré Bonhomme, Le duc de Penthièvre, éditions Firmin Didot frères, 1869

>
Lionel Chénedé : Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, France Diplomatie, 2015

> Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793): une nébuleuse aristocratique au XVIIIe siècle   

>
Page Wikipédia Duchesse de Penthièvre

> Page Wikipédia duc de Penthièvre


> Page Wikipédia  François III de Modène

> Eloge funèbre de la Duchesse de Penthièvre

> Eugène Olivier, Georges Hermal, Robert de Roton : Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises

   
Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site