Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Jean-Victor de Rochechouart, duc de Mortemart
(1712-1771)
Le livre :


Joseph-Guillaume Clemence :

Défense des livres de l'Ancien Testament,
contre l'écrit intitulé: La philosophie de l'histoire


à Paris, chez JPillot, 1768



 
Le fer du possesseur :
 
Ecu timbré d’une couronne de duc, posé sur un manteau de pair de France :

" Fascé ondé enté d’argent et de gueules "
Jean-Victor de Rochechouart
9ème duc de Mortemart
duc de Rochechouart
Pair de France

(Paris 30 octobre 1712, Paris 31 juillet 1771)


Prince de Tonnay-Charente

Brigadier des armées du Roi
Titres de noblesse :

Le premier titre de Jean-Victor de Rochechouart est celui de chevalier de Rochechouart (ayant été reçu Chevalier de Malte dès son berceau).

Il devient ensuite marquis de Blainville, puis comte de Mortemart, puis prince de Tonnay-Charente.

En 1753 il accède au titre de duc de Rochechouart et pair de France par donation de son père, puis au décès de celui-ci au titre de duc de Mortemart.

Il est aussi marquis d'Everly, baron de Bray-sur-Seine et seigneur de l'île d'Yeu. 
Carrière militaire :

En 1730 Jean-Victor de Rochechouart est capitaine de cavalerie dans le régiment de Saint-Simon.

Il devient en 1734 colonel du régiment de Dauphiné puis du régiment de Navarre en 1740.

En 1743 il obtient le grade de brigadier des armées du Roi.
Trois épouses et beaucoup de Victurniens :

Jean-Victor de Rochechouart a trois épouses successives :

 
  • Eléonore de Crux en 1733, dont il a quatre garçons morts jeunes
  • Marie Thérèse de Rouvroy en 1749 (sans enfants)
  • Charlotte de Manneville [portrait à droite] en 1751.

  • Les enfants de sa dernière épouse reçoivent tous le même premier prénom :
     
  • Victurnien Jean Baptiste Marie
  • Victurnien Bonaventure Victor
  • Victurnien Léonor Elisabeth
  • Victurnien Henri Elzéar
  • Victurnienne Delphine Nathalie.
  • Propriétaire de forges à Lhommaizé :

    La forge de Lhommaizé (Poitou) a été créée vers 1595. Elle a été entièrement reconstruite en 1661 pour le duc de Mortemart, dans la vallée de la Dive où a été aménagé un étang de 20 ha. La force motrice provient de la chute d’eau de l’étang. Le minerai et le charbon de bois proviennent des nombreuses propriétés de la famille. La forge est affermée aux Robert de Beauchamps, maîtres de forges de père en fils.

    Près de la forge le duc de Mortemart construit un château de 1763 à 1769. La grille monumentale qui ferme la cour d’honneur est exécutée dans la forge en 1769. Elle comporte dans sa partie supérieure le chiffre du duc de Mortemart, surmonté de la couronne ducale. L'étage noble, le rez-de-chaussée, est réservé au duc de Mortemart. Le premier étage est pour ses enfants et le second pour le maitre de forge.
    La famille de Rochechouart :

    La famille de Rochechouart est une ancienne maison française, originaire de Charente et Limousin, dont sont issues les branches de Mortemart, de Chandenier, de Saint-Amant, de Faudoas, de Jars et autres. Aimery Ier, descendant des vicomtes de Limoges, est cité en 1018.

    Prouvant sa filiation depuis l'an 980, la maison de Rochechouart est considérée comme la famille de la noblesse française subsistante la plus ancienne de France après la maison royale.

    Aimery VII de Rochechouart hérita par mariage, en 1205, de la maison de Mortemart, et vers 1254, également par mariage, Jeanne de Mauléon apporta à cette famille la principauté de Tonnay-Charente.


    Le duché-pairie de Mortemart est érigé en 1650 à partir du marquisat de Mortemart, des terres, seigneuries et paroisses de Montrol, Nouic, Blond, Vaulry, Beuilaufa, Le Fraisse, Javerdat, de la baronnie de Saint-Victurnien et châtellenie d'Oradour-sur-Glane, des terres, baronnies et châtellenies de Lussac, Verrières et Dienné. En 1759, les terres d'Availles, Serres, Abzac, Le Boouchet, Migné et Dasdé sont unies au duché-pairie de Mortemart.
    Un ex-libris non identifié :

    Le livre porte un bel ex-libris d'un évêque (sans doute britannique) que je n'ai pas pu identifier.

    Curieusement les armes à dextre sont les même que celle des abbés de Cluny.

    Si quelqu'un a une suggestion d'attribution qu'il n'hésite pas à me contacter...
    Sources :

    Eugène Olivier, Georges Hermal, Robert de Roton : Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, planche 722

    > Dictionnaire de la noblesse ... de France

    > Moreri, grand dictionnaire historique

    > Histoire de la maison de Rochechouart

    > Page Wikipédia Maison de Rochechouart

    > Château de la Forge à Lhommaizé    



    Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



    Créé avec Créer un site
    Créer un site