Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Louis-Philippe, duc d'Orléans
(1773-1850)

Quand Louis-Philippe n'était pas encore Roi des Français...

Le livre :

Rollin : Traité des études
De la manière d'enseigner et d'étudier les Belles-Lettres
par rapport à l'esprit et au cœur


à Paris, chez Madame veuve Dabo, 1821

Le fer du possesseur :


Ecu timbré d’une couronne de prince français
et entouré des colliers des "ordres du Roi" (St Michel et St Esprit)

« D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent »



Le blason des rois de France (d'azur aux 3 lys) est "brisé" par le lambel marquant que les ducs d'Orléans sont les cadets des rois de France.

 
Louis-Philippe d'Orléans
(Paris 6 octobre 1773 - Claremont 26 août 1850)


Fils de " Philippe Egalité "


Duc de Valois (1773-1785)

Duc de Chartres (1785-1793)

Duc d'Orléans (1793-1830)

Premier Prince du Sang


futur Louis-Philippe 1er, Roi des Français

 
L'héritier de la famille d'Orléans :
 
Louis-Philippe est le fils de Louis-Philippe-Joseph, duc d'Orléans (1747-1793). Titré à sa naissance en 1773 comme duc de Valois, il devient duc de Chartres (héritier du duc d'Orléans) à la mort de son grand-père en 1785.

Les ducs d'Orléans, descendants du frère de Louis XIV, Philippe, portent le titre de Premiers princes du Sang de France.
Le "général Egalité" :
 
Le duc de Chartres entre très tôt dans la carrière militaire. En 1781, à 18 ans, il devient colonel d'un régiment de dragons.

L'année suivante il est promu maréchal de camps puis lieutenant général.

Rallié à la Révolution comme son père, quand celui-ci devient Philippe Egalité Louis-Philippe se fait appeler le général Egalité.

Il prend part avec courage aux campagnes de 1792-1793 et participe aux victoires de Valmy mais surtout à celle de Jemmapes: Il y commande le centre et parvient à culbuter l’infanterie légère autrichienne avec dix-huit bataillons puis à mener les troupes à la victoire en occupant le plateau de Jemmapes.

Il ne peut empêcher son père, Philippe Egalité, de voter la mort de son cousin Louis XVI, ce que les émigrés ne pardonneront jamais à la famille d'Orléans.
Compromis avec Dumouriez

Après l'échec de Neerwinden en mars 1793, Dumouriez devant les menaces de la Convention passe à l'ennemi.

Louis-Philippe, membre de son état-major, appuie la démarche de son chef. Décrété d’arrestation le 2 avril 1793, il accompagne Dumouriez dans sa fuite vers le camp des Autrichiens le 5 avril. La Convention tente d'arrêter le général Egalité pour trahison mais il réussit à s'enfuir en Suisse.

La République met en arrestation son père, Philippe Egalité, et le fait exécuter en novembre 1793.
Professeur de géographie en Suisse :
 
Le nouveau duc d'Orléans, menacé de mort, se réfugie en Suisse, dans les Grisons.

Quasiment sans ressource et rejeté par les émigrés comme "fils de régicide", Louis-Philippe prend le nom d'emprunt de Chabaud-Latour et trouve un emploi de professeur de géographie, mathématiques et langues modernes au collège de Reichenau avec de maigres appointements.
Le premier français au Cap Nord :
 
Après son départ de Suisse, Louis-Philippe passe à Hambourg puis voyage dans toute la Scandinavie en 1795-1796, dont une expédition en Laponie qui le conduit jusqu'au cap Nord le 24 août 1795. Il est tellement fier d'être le premier français à y être parvenu qu'il chargera en 1839 une frégate d'apporter son buste au cap Nord !

Louis-Philippe séjourne ensuite pendant trois ans aux Etats-Unis puis à la Havane.

A l'arrivée au pouvoir de Bonaparte il rejoint l'Angleterre qu'il quitte en 1807 pour son dernier exil, en Sicile; il y épouse en 1809 Marie-Amélie de Bourbon, princesse des Deux-Siciles.

Le duc d'Orléans obtient enfin de Louis XVIII en 1817 l'autorisation de rentrer en France. Il redevient premier prince du Sang, bien qu'objet de méfiance de la part des anciens émigrés. Il emploie les quinze années suivantes à récupérer et agrandir le fabuleux patrimoine de la famille d'Orléans.
Le  "Roi des Français" :
 
Le duc d'Orléans accède au trône en 1830.

Le règne de Louis-Philippe 1er, Roi des Français, est suffisamment connu pour n'avoir pas besoin d'être développé ici.

Signe des temps qui ont changé : Roi constitutionnel, Louis-Philippe n'utilise plus sur ses livres un fer aux lys de France mais un simple monogramme; le Roi des Français succède au Roi de France...
Sources :


> Michel Mourre : Dictionnaire Encyclopédique d'Histoire, tome 3, Bordas, 1997

> Eugène Olivier, Georges Hermal, Robert de Roton : Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, planches 2499 et 2577


> Page Wikipédia de Louis-Philippe 1er

> Auguste de Creuse : Portrait de Louis Philippe d'Orléans, duc de Chartres


> Dumouriez et Louis Philippe

> Le duc d’Orléans au cap Nord

   
Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site