Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Louis Phélypeaux de La Vrillière
(1599-1681)
Le livre :

Procope : Histoire des guerres faictes
par l'empereur Justinian


à Paris, chez Michel Sonnius, 1587
Le fer du possesseur :


Ecu timbré d’un heaume sommé d'une aigle
et entouré des colliers des Ordres de St michel et du St esprit   :

« Ecartelé : au 1 et au 4 d'azur semé de quintefeuilles d'or,
au franc-quartier d'hermine (qui est Phélypeaux) ;
au 2 et au 3 d'argent aux trois lézard de sinople (qui est Cottereau)  »

Ce fer semble avoir été frappé sur un fer antérieur dont subsiste un ovale
(ancien possesseur du livre datant du XVI° siècle ?)
Louis 1er Phélypeaux de la Vrillière
marquis de Châteauneuf et Tanlay
vicomte de Saint-Florentin
baron d’Hervy

(10 avril 1599 - 5 mai 1681, Bourbonne-les-Bains)

Secrétaire d'État
chargé de la « Religion Prétendue Réformée »


Commandeur, Prévôt et Maître des cérémonies
de l’Ordre du Saint-Esprit

Gouverneur de Jargeau-sur-Loire

Secrétaire d'Etat pendant 52 ans :

Louis Phélypeaux de La Vrillière est le fils de Raymond Phélypeaux d'Herbault (1560-1629), Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères et à la R.P.R.

A la mort de Raymond en 1629 Louis XIII et Richelieu sont réticents à accorder à Louis la survivance des charges de son père. Le principal poste, les Affaires Etrangères, est confié à Claude Bouthillier.

Il ne reste à Louis que le poste de Secrétaire d'Etat à la "Religion Prétendument Réformée" (R.P.R.), c'est à dire les relations avec les Protestants. La Vrillière conserve son poste de Secrétaire d'Etat sous Louis XIII, la régence et Louis XIV pendant 52 ans jusqu'à sa mort (un record !).

Le Secrétaire d'Etat n'a en fait que peu de maîtrise sur l'orientation du pouvoir envers les Protestants. Elle est fixée directement par Richelieu, Mazarin et Louis XIV et elle évolue vers une intolérance accrue qui aboutira à la révocation de l'Edit de Nantes peu après la mort de La Vrillière.
Mariage avec la fille du Surintendant des finances :

En 1635 La Vrillière épouse Marie Particelli d'Hémery, une bonne opération qui lui rapporte 336 000 livres de dot.


En effet le père de Marie, Michel Particelli d’Emery, est un riche financier, d'une famille originaire de Lucques, qui terminera une exceptionnelle carrière politique en devenant Surintendant des finances.

Souvent impliqué dans des affaires louches, le beau-père de La Vrillière mène une politique favorable aux intérêts des traitants qui lui vaudra de servir, comme Mazarin, de bouc émissaire aux pamphlétaires de la Fronde et de passer pour « le plus hardi voleur qui fut en France ».

Pour La Vrillière, le bénéfice du mariage va bientôt s’amplifier de manière considérable à l'occasion de décès (du surintendant en 1650, de son fils Particelli de Thoré en 1668, de Marie Particelli en 1670 et de sa belle-mère en 1678) qui le mettent à la tête de l’ensemble de l'immense fortune Particelli.
Construction du futur siège de la Banque de France :

L’hôtel particulier de La Vrillière est bâti sous la direction de l’architecte François Mansart entre 1635 et 1650.

Louis Le Vau intervient aussi pour le doublement de l’aile droite sur la cour et l’aménagement d’une chambre à l’italienne.

La Vrillière fait bâtir, pour abriter ses collections, une fastueuse galerie de 40 mètres de long, avec un plafond à fresque peint par François Perrier, dans l'esprit de la Galerie d'Apollon du Louvre.

L'hôtel de la Vrillière deviendra par la suite la propriété du comte de Toulouse, fils légitimé de Louis XIV. Il est actuellement le siège de la Banque de France.
Les collections de l'hôtel de la Vrillière :

Des le début de sa carrière La Vrillière commence une exceptionnelle collection française et italienne ; il l'a poursuivra toute sa vie. Ce mélange de peintures françaises et italiennes est caractéfistique des amateurs de la fin du 17ème siècle

Parmi sa collection française on remarque les célèbres tableaux de louis XIII et Richelieu par Philippe de Champaigne. Poussin, Boullongne et Mignard sont aussi représentés.

La grande galerie de l'hôtel et les pièces attenantes sont décorées de chefs d'œuvre de grands maitres italiens : Guido Reni, Le Guerchin, Raphaël, Carrache, Le Titien, Tintoret, Parmesan, Caravage, Giorgione, Léonard de Vinci, Le Dominiquin, Véronèse, etc. C'est la plus importante collection de peintures italiennes de Paris avec celle de Mazarin.

L'inventaire après décès de 1681 mentionne environ 230 tableaux dans une vingtaine de pièces.

De plus des sculptures, souvent copiées de l'antique, décorent l'intérieur de l'hôtel, sa façade et ses jardins.

La Vrillière possède également une remarquable collection d'orangers.
Le tombeau de Châteauneuf:

La Vrillière est enterré dans l’église Saint-Martial de Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), dans un tombeau baroque qui possède l'épitaphe suivante :

« Cy Gist Messire Louis Phelypeaux Seigneur de la Vrilliere et autres lieux, commandeur et grand maistre des cérémonies des ordres du Roy, lequel, après avoir exercé pendant 52 ans avec un fidélité à toute épreuve la charge de secrétaire d'estat a laquelle il avoit succédé à Paul et Raymond Phelypeaux ses ayeux et l'avoir transmise à Louis et Baltazar Phelypeaux ses enfans, mourut dans la quatre-vingt deuxième année de son age le cinq may 1681.
Baltazar Phelypeaux marquis de Chasteuneuf son fils, secrétaire d'estat commendeur et secrétaire des ordres de sa Majesté luy a élevé ce monument, comme un gage éternel de son amour et de sa reconnaissance. »
Les Phélypeaux, une dynastie de Secrétaires d'Etat :

La famille Phélypeaux, originaire du blésois, effectue un parcours exceptionnel au service des rois de France.

Elle fournit, sans interruption de 1610 à 1781, onze Secrétaires d'Etat, un Chancelier de France, un Ministre d'Etat et plusieurs officiers commandeurs des ordres royaux. C'est la plus grande famille de ministres de l'Ancien Régime.

Sous les noms de Pontchartrain, Maurepas, La Vrillière, Chateauneuf ou St Florentin, les Phélypeaux sont Secrétaires d'Etat aux Affaires Etrangères, à la Marine, à la Maison du Roi et à la R.P.R.
Sources :


> Eugène Olivier, Georges Hermal, Robert de Roton : Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, planche  2258

> Bibliothèque numérique de Lyon


> Antoine Schnapper : Curieux du Grand Siècle (pages 166 à 171), Flammarion 1994

> Pierre Cabanne : Les grands collectionneurs (tome1, page 109), Editions de l'Amateur, 2003


> Sabine Cotté : Un exemple du "goût italien", in Seicento (pages 39 à 46), Réunion des Musées Nationaux, 1989

>
Page Wikipédia de Louis 1er Phélypeaux de la Vrillière

> Page Wikipédia de la Maison Phélypeaux


> Portrait de Louis Phélypeaux de La Vrillière par Robert Nanteuil, 1662

> Hôtel de la Vrillière

> La Galerie Dorée de l’Hôtel de La Vrillière

> Page Wikipédia de Michel Particelli d'Emery

> Les Ponchartrain, ministres de Louis XIV

> Racines Histoire : Famille Phélypeaux



   
Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site