Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Louis Antoine Crozat, baron de Thiers
(1700 - 1770)
Le livre :

Les oeuvres de Virgile (l'Enéide)


A Paris, chez Desaint & Saillant,   1746
 
Le fer du possesseur :


Ecu timbré d’une couronne de marquis, supporté par deux lions :

« De gueules au chevron d'argent accompagné de trois étoiles du même »
Louis Antoine Crozat, baron de Thiers
Baron de Chagny
seigneur de Lafauche, Vignory, Semilly, Sextefontaine et Marbéville
seigneur du marquisat de Moÿ

( Paris : 13 juillet 1700 - 15 décembre 1770)

Capitaine des Dragons au Régiment du Languedoc
Brigadier des armées du Roi

Maître des requêtes au Conseil du Roi
Receveur général des finances

Lieutenant général pour Sa Majesté de la province de Champagne au département de Reims, & commandant en ladite province

Collectionneur d'art
Le dernier des Crozat :

Louis Antoine Crozat a été brigadier des armées du Roi et Lieutenant Général du Roi en Champagne. Mais ses fonctions ont laissé peu de traces.

Le baron de Thiers est connu surtout comme le dernier représentant d'une célèbre dynastie de collectionneurs : Les Crozat.
Les frères Crozat, aux origines de la collection :

La fameuse collection Crozat a été créée par deux frères Crozat : Antoine "Crozat le riche" et Pierre "Crozat le pauvre" (tous deux étaient immensément riches mais Pierre un peu moins que son frère...).

Antoine Crozat (1655-1738) est un financier qui s'enrichit par la traite négrière; il est le premier propriétaire de la Louisiane et exploite le sucre de St Domingue. A la mort de Louis XIV il possède la première fortune de France.

Pierre Crozat (1661-1740) est trésorier de France. C'est surtout à lui que revient l'initiative de la création de la collection Crozat. Dans son hôtel particulier de Paris il réunit une ample collection de tableaux (écoles italienne et flamande), de bustes, de bronzes, de pierres gravées, d'estampes, et surtout de dessins des grands maîtres.
Trois Crozat, héritiers de la collection :

Antoine Crozat a trois fils: Louis-François, Joseph-Antoine et Louis-Antoine. Ils bénéficieront de l'immense fortune de leur père et seront les héritiers de Pierre Crozat, resté célibataire.

Louis François Crozat, marquis du Châtel (1691-1750) et Joseph-Antoine Crozat, marquis de Tugny (1699-1750) ajoutent des tableaux, dessins et pierres gravées.

Louis Antoine Crozat, baron de Thiers recueille, l'héritage de ses deux frères et complète la collection. Il possède "le plus beau cabinet du monde" et fait graver un recueil de gravures représentant les tableaux de la collection, rédigé par Mariette, qu’il publie en 1751.
La bibliothèque des Crozat :

En plus de leur collection de tableaux et d'objets précieux, les Crozat possèdent une belle bibliothèque.

Le "Catalogue des livres de Monsieur le président Crozat de Tugny ", publié en 1751, comporte 5.002 articles sur 488 pages.

Les belles-lettres et l'histoire représentent environ 80 % des volumes; on note la part relativement modeste des ouvrages juridiques, ce qui peut sembler étonnant pour un parlementaire.

La classe des belles-lettres apparaît extrêmement diversifiée : la poésie et le théâtre, rangés sous une même catégorie, celle des poètes, ainsi que le roman, y sont particulièrement bien représentés, quelle que soit l'époque.

La bibliothèque fait également une bonne part à la littérature italienne, ce que l'éditeur souligne comme étant une singularité.

La classe de l'histoire, enfin, témoigne elle-aussi d'un remarquable éclectisme : cartes terrestres et maritimes, récits de voyage, histoire de France, d'Europe et du monde, héraldique et généalogie, antiquités, bibliographie..
Catherine II de Russie, successeur des Crozat :

Le baron de Thiers, n'ayant que trois filles, est le dernier collectionneur de la dynastie des Crozat.

Après sa mort, survenue en 1770, les héritiers vendent la collection à Catherine II de Russie pour 460 000  livres par l'intermédiaire de Diderot.

L'ensemble de 400 tableaux contient notamment un Raphaël, quatre Véronèse dont un autoportrait, douze Rubens, sept van Dyck, trois Watteau, huit Rembrandt, cinq Poussin, plusieurs œuvres des Frères Le Nain, de Claude Lorrain et de Chardin.

C'est le premier achat important de tableaux fait par l'impératrice. Les tableaux de Crozat forment le noyau du Musée de l'Ermitage.
Sources :
 

> Le baron de Thiers sur Wikipédia

> La Collection Crozat sur Wikipédia


> La famille Crozat sur Wikipédia

> Le château de Tugny

> Ex-libris manuscrit Crozat

> Description des dessins Crozat/Mariette, 1751

> Notice de l'Ecole des Chartes sur le catalogue de la bibliothèque

> Marque de Pierre Crozat

> Notice sur Louis-Antoine Crozat

> “Diderot et Catherine II”


 
Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site