Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Chanoine François-Godefroid Ullens
Seigneur de Halle    (1663-1738)

Le livre :

Quatre explications du R.P. Jerosme Savonarole
de l'Ordre de S. Dominique sur l'oraison dominicale


à Paris, chez Sébastien Mabre-Cramoisy, 1672


 


L'ex-libris du possesseur :


Ecu timbré d’un chapeau d'ecclésiastique, avec la devise
" Renovabitur et orietur viror ":


« Ecartelé : aux un et quatre d'argent à une aigle de sable,
armée et languée de gueules ;
et aux deux et trois d'argent au chevron de gueules
accompagné de trois gerbes de jonc de sinople liées d'or.
»
 


 

L'ex-libris a été gravé en 1694.

François-Godefroid Ullens
Seigneur de Halle, Pulle et Gelmelen

(Anvers :    1663 - 8 février 1738)

Protonotaire Apostolique

Chanoine de la cathédrale d'Anvers

Ecolâtre et Official d’Anvers
Juge synodal

Censeur des livres du diocèse

Proviseur du couvent des Sœurs grises d'Anvers
Anobli par Charles II d’Espagne :
 
Au début du XVII° siècle Henri Ullens vient de Rotterdam d'établir à Anvers, dans les Pays-Bas espagnols. Son fils Jean-Baptiste (né en 1627) est le père de François-Godefroid Ullens.

François-Godefroid obtient, pour lui et ses deux frères, Jean-Baptiste et Henri, d'être anobli en 1693 par le roi Charles II d'Espagne :

« François Geoffroy Ullens Prestre, & Protonotaire Apostolique, Iean Baptiste, & Henry Ullens Frères.  Ayant representé, que leur père devant son deces aurait très humblement supplié Sa Majesté de luy accorder Lettres d'Annoblissement tant en consideration de ses services rendus en diverses occasions, & entr'autres en l'An 1638 au Siège de la forteresse de Callos, que de Ceux d'Henry Ullens son Grand Pere, qui pour marque de sa fidélité se seroit retiré de la ville de Rotterdam lors qu'elle fut occupée par les Hollandois Rebelles,& auroit fixé domicile aux Pays-bas sous l’obeissance Royale, pour y pouvoir continuer ses services & devoirs de bon sujet & Vassal, que leurs Tuteurs (qui en avaient la charge) auroient négligé la poursuitte, & que les Remonstrants demeurant tous ensemble, pas establis, & enfans d'une même famille en ménage souhaittoient d'achever le desir de leur Pere. Ils ont tous trois par une même Patente été Annoblis par le Roy Charles II (…). Par Lettres patentes despeschées en la ville de Madrid le 7.Décembre 1693. »
Seigneur de Halle :

C'est probablement François-Godefroid Ullens qui obtient le premier le titre de seigneur de Halle que sa famille va garder jusqu'à la fin du XVIII° siècle.

Halle est actuellement une portion du village de Zoersel, près de Santhoven (Zandhoven en flamand), dans la province d’Anvers.
Ecolâtre et official :

Licencié de l'Université de Louvain et protonotaire apostolique, François-Godefroid Ullens devient chanoine de l'évêché d'Anvers.

Le chanoine Ullens est l'écolâtre de la cathédrale d'Anvers. Un écolâtre (du latin scolasticus > scholaster) est le maître de l’école cathédrale : un des chanoines est spécialement chargé d’instruire les jeunes clercs de la cathédrale. L’écolâtre est également l’inspecteur des maîtres d’écoles du diocèse. Avec l’influence croissante des universités les écoles cathédrales perdent progressivement leur importance à partir du XVI° siècle.

François-Godefroid Ullens est aussi l'official du diocèse d'Anvers, c'est à dire le juge ecclésiastique pour les délits commis par les clercs. Il cumule cette fonction avec celle de juge synodal.
Censeur des livres d’Anvers :
 
Au XVII° siècle les Pays-Bas dominent l'imprimerie européenne. Anvers apparait comme une très grande métropole de l'édition, à la suite de Christophe Plantin.

Par son poste de censeur des livres d'Anvers le chanoine Ullens dispose donc d'un pouvoir considérable. C'est pourquoi il est particulièrement courtisé.

Un exemple : Dans son livre « Histoire Sacrée en tableaux » de Claude Oronce Fine de Brianville, paru en 1725, l’éditrice, veuve de Jean-François Lucas, ne manque pas d’insérer une dédicace très déférente à l’adresse de son censeur :
 

« A MONSIEUR FRANCOIS GODEFROY ULLENS   SEIGNEUR DE HALLE, EN PULLE DE GELMELEN, ET DE STEEN DIT BRANDENBOURGH EN MALINES.
Prêtre, Licentié en Droit Civil & Canonique, Protonotaire Apostolique, Chanoine de la Cathedrale, Ecolâtre & Official d’Anvers, juge Synodal, & Censeur des Livres, &c. &c.
MONSIEUR
L’abregè de ce Livre aïant paru sous les auspices de VÔTRE REVERENCE avec beaucoup de succes, je me trouve dans une obligation indispensable de faire paroître cette nouvelle, & ample impression sous un nom si respecté du public, lequel étant tres persuadé de VÔTRE érudition & grande cognoissance de bons livres, ne poura manquer de donner son aprobation à une Histoire de la BIBLE qu’il honore de sa protection,& qu’il voudra bien placer dans sa magnifique bibliothèque. C’est pourquoy Monsieur si VÔTRE REVERENCE veut bien agreer  qu’en mettant VÔTRE  Nom à la tête de cet ouvrage, elle le rendt autant plus recommandable qu’il le mérite de l'être,  me donne les moyens de témoigner publiquement que I’on ne peut être avec plus de veneration que je suis  MONSIEUR   DE VÔTRE REVERENCE  La tres-humble & tres-obeïsante Servante La Veuve de JEAN FRANCOIS LUCAS ».
Proviseur des Sœurs grises :

Le chanoine François-Godefroid Ullens est le proviseur du couvent des Sœurs grises d'Anvers, à trois reprises après 1712.

Ces religieuses du Tiers ordre de Saint François, servent les malades à l'extérieur; elles sont venues de Leeuw à Anvers en 1619.

Le couvent (Klooster van de Grauwzusters) est situé rue Sainte-Anne dans le centre d'Anvers. Actuellement l'ancien couvent est utilisé par l’Université d’Anvers.
Auteur de la Chronique d’Anvers :

Les nombreuses charges ecclésiastiques du chanoine Ullens lui laissent cependant le temps d'écrire.

Une chronique d'Anvers ("Antwerpsch chronykje, in het welk zeer veele en elders te vergeefsch gezogte geschiedenissen, sedert den jare 1500 tot het jaar 1574 zoo in die toen zoo zeer vermaarde koopstad als de anderen steden van Nederland..." ) est publiée en 1743 sans nom d'auteur mais avec les initiales F.G.V. du nom latin du chanoine (Franciscvs Godefridvs Vllens).

Ce livre parait cinq ans après la mort du chanoine. Il semble avoir été commencé par Gerard van Loon et terminé par le chanoine Ullens.

François-Godefroid Ullens est aussi l'auteur de "Acta Sanctorvm, Quotquot toto orbe coluntur, vel a Catholicis Scriptoribus celebrantur", publié à dix reprises, en latin et en néerlandais, entre 1719 et 1737.
La famille Ullens après François-Godefroid :

La succession s'établit dans la famille à partir du frère du chanoine anobli en même temps que lui, Jean-Baptiste Ullens (1665-1714), Grand aumônier d'Anvers.

Ce titre de "Grand aumônier d'Anvers", attribué à un laïc, se transmet de génération en génération jusqu'en 1826.

La Révolution et l'Empire ne brisent pas l'ascension de la famille Ullens qui obtient une reconnaissance de noblesse en 1816.

On note au XIX° et XX° siècle des bourgmestres de Schoten et de Mortsel, un député, un ambassadeur de Belgique, des hommes d'affaires et des collectionneurs d'art.

Après l'ajout de particules au XX° siècle, la famille est actuellement dénommée "Ullens de Schooten Whettnall". Son groupe Artal possédant les produits Weight Watchers, elle est l'une des familles les plus riches de Belgique.
Sources :


> Page Wikipédia de la famille Ullens

Joseph van den Leene : Le theatre de la noblesse du Brabant, representant les erections des terres, seigneuries, & noms des personnes, & des familles titrées. 1705


Bulletin et annales de l'Académie d'Archéologie de Belgique

Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du royaume de Belgique. Tome 4 / par M. Félix Victor Goethals

La Belgique héraldique: recueil historique, chronologique, généalogique et biographique complet de toutes les maisons nobles, reconnues de la Belgique. Tome XI


> De Gulden Passer. Jaargang 4

> WorldCat Identities


   
Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site