Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Marquis de Launay, dernier gouverneur de la Bastille
(1740 – 1789)

Le livre :


Livre d'église
contenant Nones, Vêpres et Complies

A Paris, Libraires associés, 1761


      Les pièces des blasons sont reprises sur le dos du livre
Le fer sur le livre :

Ecu double timbré d’une couronne comtale :

« à dextre : D'azur à la massue d'or en bande cotoyée d'une sauterelle du même (De Launay) ; 

à senestre : blasonnement non rédigé  (Le Boursier ) »


Bernard-René Jourdan
marquis de Launay (ou de Launey)
seigneur de Bretonnière
(Paris : 9 avril 1740, Bastille  -  14 juillet 1789, place de Grève)

Mousquetaire noir du roi
Officier au Régiment des Gardes
Capitaine d'un régiment de cavalerie


dernier Gouverneur de la Bastille



et son épouse :
 
Geneviève-Thérèse Le Boursier
(1740-1798)
Les Jourdan de Launay, de la Normandie à la Bastille :

La famille Jourdan de Launay est originaire de Normandie (région de Valognes).

Jean Jourdan (1609-1720), lieutenant civil et criminel, est anobli en 1638 et devient seigneur de Launay.

Son arrière-petit-fils, René Jourdan de Launay (1673-1749), est seigneur de Launay, de la Bretonnière, de la Hennodière, du Mesnil et de la Varengère. Il est Gouverneur de La Bastille de 1718 à sa mort en 1749.

Le fils de René, Bernard-René, nait à La Bastille et achète la charge de Gouverneur de la Bastille auprès du troisième successeur de son père, Antoine-Joseph de Jumilhac, pour un montant de 300.000 livres.
Le château de La Bastille :

La Bastille a été construite de 1370 à 1383 sous le roi Charles V pour défendre la porte Saint-Antoine et les remparts de l’est de Paris.

C'est à l'origine une forteresse mais son utilité militaire s’avère médiocre, car, assiégée, elle s’est toujours rendue.


Le cardinal de Richelieu transforme La Bastille en prison d’État où l'on peut être emprisonné, en particulier, sur lettres de cachet.

En 1652, sous la Fronde, la Grande Mademoiselle fait tirer ses canons pour protéger le prince de Condé, menacé par les troupes royales.

La Bastille est une prison plutôt confortable pour les personnes de qualité mais, depuis la fin du XVII° siècle, elle comporte un quartier beaucoup moins agréable pour les prisonniers communs.
Des prisonniers prestigieux :

Durant la période où il est Gouverneur de la Bastille, le marquis de Launay accueille des prisonniers de haut rang.

Le cardinal Louis de Rohan, la comtesse de la Motte, et le comte de Cagliostro sont emprisonnés dans le cadre de l'Affaire du collier de la Reine.

Le marquis de La Rouërie, héros de la Guerre d’indépendance américaine, est détenu en 1788 pour son action dans la défense des droits de la province de Bretagne.
Le marquis de Sade à la Bastille :

Le prisonnier le plus célèbre que reçoit de Launay est le marquis de Sade qui est enfermé pendant cinq ans dans la "Tour de la Liberté", la plus ancienne de la Bastille.

Durant son séjour il écrit "Les cent vingt journées de Sodome", "Les infortunes de la vertu" et "Aline et Valcour".

Bien que confortablement traité c'est un prisonnier difficile qui est en conflit perpétuel avec le Gouverneur. Le document de 1788 (copie à droite) est un ordre de suspendre ses promenades jusqu'à nouvel ordre.

Le 2 juillet 1789 il se met à la fenêtre et "crie de toutes ses forces qu’on égorge, qu’on assassine les prisonniers de la Bastille, et qu’il faut venir à leur secours". Suite à cet esclandre Sade est transféré à l'asile de Charenton le 4 juillet, soit dix jours avant la prise de la Bastille.
14 juillet 1789, la prise de la Bastille :

Le château royal de la Bastille, ayant accueilli des prisonniers sur lettres de cachet, apparait à la fin du XVIII° siècle comme un symbole de l'arbitraire royal.

Le 14 juillet 1789 la Bastille n'héberge pourtant que sept prisonniers : quatre faussaires, deux fous et un criminel.

Elle est attaquée par le peuple parisien (une grande majorité des émeutiers venant du faubourg Saint-Antoine) venu chercher de la poudre après avoir récupéré des armes aux Invalides.

Le marquis de Launay, dépassé par la situation, prend des initiatives contradictoires (détail : voir sources en bas de page) avant de capituler.

Après la reddition du château le Gouverneur de la Bastille est entrainé par les émeutiers vers l'Hôtel de Ville. En place de Grève, malgré la protection de soldats, il est poignardé; sa tête est tranchée et promenée au bout d'une pique avec celle de Jacques de Flesselles, Prévôt des marchands, jusqu'au Palais Royal.
Sources :
 
 
> Page Wikipédia du marquis de Launay

> Page Wikipédia des gouverneurs de la Bastille

> Page Wikipédia de la prise de la Bastille

> Page Wikipédia de la Bastille

> L'histoire en questions

> Archives Bastille BNF

> Biographie du marquis de Sade

> Eugène Olivier, Georges Hermal, Robert de Roton : Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, planche  2317


   

Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site