Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Charles, marquis des Ligneris
(1847-1910)
Les livres :


Nouveau Testament (2 tomes)

traduction : Denis Amelote

 à Paris, chez François Muguet, 1688


















L'ex-libris du possesseur :


Ecu timbré d’une couronne de marquis
supporté par deux lions  :

« De gueules fretté d'argent au franc-quartier d'or chargé d'un lion de sable  »
Un ex-libris dessiné par Eisen :

Charles Eisen (1720-1778) est un peintre et graveur français surtout connu par la qualité des dessins et compositions qu’il a réalisés pour les éditeurs de son temps. Il a dessiné au XVIII° la version originale de l'ex-libris, de format 85x70mm.

Le graveur Stern, société d’imprimerie et de gravure fondée à Paris en 1834 dans le passage des Panoramas, regrave l'ex-libris d'Eisen, sans le modifier et dans le même format, en début du XX° siècle.

A noter que l'ex-libris a été collé sur deux ex-libris précédents apposés par les possesseurs du livre depuis le XVII° siècle.
Charles Nicolas Marie Anne Théodore,
marquis des Ligneris
(2 novembre 1847, Méréglise - 19 novembre 1910, Bressolles)


Chef d'escadron de cavalerie

Maire de Bressolles (Allier)

Chevalier de la  Légion d'Honneur

Membre de la Société de Géographie


Elève-officier dans la "promotion du Sultan" :

Charles des Ligneris est élève-officier à l'Ecole impériale militaire de Saint-Cyr de 1866 à 1868.

Il fait partie de la 51ème promotion de Saint-Cyr, dite "Promotion du Sultan". Cette promotion de 242 membres commémore la visite du sultan ottoman Abd-ul-Aziz à l’Exposition internationale de 1867 à Paris.

Quelques années plus tard, le photographe J. David compose un "trombinoscope" de 124 officiers de cette promotion en rassemblant les photographies disponibles.

 
Carrière militaire :

Le 1er octobre 1868 Charles de Ligneris devient sous-lieutenant au 12ème régiment de dragons. C'est à ce poste qu'il participe à la guerre de 1870 et qu'il est fait prisonnier.

En 1873 il rejoint le 23ème régiment de dragons. Il est successivement lieutenant, capitaine en 1878 et instructeur l'année suivante.

Il quitte l'armée en 1879 et la réintègre en 1881 comme capitaine aux Escadrons territoriaux de cavalerie légère. Il est promu chef d'escadron le 30 avril 1887.

En 1892 il est classé "hors troupe" et affecté à la remonte de la 3ème Région. L'année suivante il devient chevalier de la Légion d'Honneur.
Prisonnier lors de la guerre de 1870 :

Charles des Ligneris est sous-lieutenant au 12° régiment de dragons lorsque débute la guerre franco-prussienne de 1870. Très vite Napoléon III est fait prisonnier à Sedan; le régime impérial disparait mais la guerre continue.

Le 12° régiment de dragons fait partie de l'Armée de la Loire qui se bat à l'ouest et au sud de Paris en fin 1870. Le 26 novembre le régiment participe au combat de Lorcy. En début décembre l'Armée de la Loire est engagée à proximité d'Orléans dont les prussiens s'emparent le 5 décembre.

Le 5 décembre 1870 Charles de Ligneris est fait prisonnier, probablement lors de la prise d'Orléans. Il est libéré le 7 mars 1871.
De Méréglise à Bressolles :

Charles des Ligneris est né au château de Méréglise, au sud-ouest de Chartres, à proximité d'Illiers-Combray. Le village est mentionné par Proust sous l'appellation adoucie de Méséglise.

Le château de Méréglise a été construit aux alentours de 1730 pour la famille des Ligneris qui le vend en 1907.


Charles des Ligneris meurt en son château de Bressolles, ville dont il est maire. Largement remanié au XIXème siècle, le château de Bressolles ne conserve de ses origines qu'une tour ronde surmontée d'un lanternon dont la base est du XIIIème siècle et une tour carrée avec meneaux du XVème siècle.
La famille des Ligneris :

La maison des Ligneris est une des plus anciennes de l’Ile de France, plus précisément du Vendômois. On la trouve au service de la maison de Bourgogne dès le commencement du XVème siècle. Son origine est constatée et établie par des lettres patentes de novembre 1776 "portant création en sa faveur sous la dignité de marquisat des Ligneris, des terres et seigneuries de Méréglise, la Vove et autres".

Ce document mentionne des alliances dès 1184. Plus tard Pierre des Ligneris rendit "les plus grands services" à Charles VII qui lui accorda la place de capitaine et grand bailli de Chateauneuf en Thymerais.


La famille construisit en 1544 un hôtel particulier dans le Marais à Paris : L'actuel Musée Carnavalet.

Le père de Charles des Ligneris, Esprit-Antoine, marquis des Ligneris (1813-1894), page du  roi Charles X, était conseiller général d'Eure-et-Loir.
Bataille pour le titre de marquis :

Le titre de marquis des Ligneris a été l'objet d'une bataille juridique.

La marquise des Ligneris, veuve de Jacques des Ligneris mort sans postérité, s'est pourvue en Cour de cassation contre un arrêt de la Cour d'appel de Riom qui l'avait débouté de sa demande tendant à interdire à Charles des Ligneris, frère cadet de son mari, l'usage du titre de marquis.

A sa mort en 1904 Jacques des Ligneris avait laissé un testament demandant à sa femme de choisir parmi les fils de Charles le futur marquis.

Charles des Ligneris, privé de son titre au bénéfice d'un de ses fils, a fait valoir que les lettres patentes par lesquelles Louis XVI a érigé la terre des Ligneris en marquisat prévoyaient une dévolution automatique par les mâles. La Cour de cassation, par son arrêt du 3 août 1908, a confirmé le titre de marquis de Charles des Ligneris.
Sources :


> Base Léonore de la Légion d'Honneur, sur Charles des Ligneris

> Bulletin revue / Société d'émulation et des beaux-arts du Bourbonnais

> Promotion du Sultan

> Château de Bressolles

> Château de Méréglise

>
Base des Ex-Libris AFCEL

> Borel d'Hauterive : Annuaire Noblesse de France - 1906, pages 233 à 240

> Famille de Théodore des Ligneris

> Arrêt Cour de Cassation 3 août 1908

>
Recueil de jurisprudence, à propos du titre de marquis


   
Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site