Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des 
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Cardinal Francesco Acquaviva d’Aragona 
(1665-1725)


Le livre :








Pontificale Romanum
Pars Tertia

Venise
Typographia Balleoniana (Balleoni)

approbation en 1716


Le fer du possesseur :
 
Ecu timbré d'un chapeau de cardinal :

« Ecartelé :
1 et 4, parti de quatre : A, d'or, à quatre pals de gueules (Aragon); B, fascé (8) de gueules et d'argent (Hong
rie); C, d'azur, semé de fleurs de lys d'or, au lambel de gueules brochant sur-le-tout (Anjou); D, d'argent, à la croix de Jérusalem d'or (Jérusalem);
2 et 3, d'or, au lion d'azur, armé et lampassé de gueules (Acquaviva). »
Cardinal Francesco Acquaviva d’Aragona 
(Naples, 14 octobre 1665 - Rome, 9 janvier 1725)

Prélat domestique et Chambellan d'Honneur du Pape
Vice-Légat à Ferro, puis Ferrare
Grand-inquisiteur à Malte
Archevêque in partibus de Larissa
Nonce apostolique en Espagne
Cardinal-prêtre au titre de San-Bartolomeo, puis de Santa-Cecilia
Cardinal-protecteur du royaume d'Espagne
Cardinal-évêque au titre de Sabina 
Prélat de curie au Vatican :

Fils de Giosia III Acquaviva d'Aragona, 14ème duc d'Atri, Francesco embrasse très tôt la carrière ecclésiastique. Il obtient un doctorat in utroque iure à l'université de Fermo.

Pourvu de huit abbayes dans les diocèses de Teramo, Atri et Penni, il est nommé Vice-légat du Pape à Fermo puis à Ferrare.

Il devient Prélat domestique et Chambellan d'honneur du Pape. Il exerce diverses fonctions au sein de la curie romaine, notamment au tribunal suprême de la Signature apostolique, clerc à la Chambre apostolique et préfet des Cubiculi du Pape.

Type même du prélat de curie et diplomatie, Francesco Acquaviva d'Aragonal n'aura jamais eu durant toute sa vie la charge effective d'une abbaye, d'une paroisse ou d'un évéché :

Abbé, il n'est que commendataire et se contente de percevoir le bénéfice; archevêque, il est "in partibus", titre uniquement honorifique; cardinal, il n'est que rattaché, la charge effective du "titre" étant assurée par un autre ecclésiastique, même quand Acquaviva devient cardinal-évêque.
Grand-inquisiteur à Malte :

Du 12 décembre 1690 au 19 avril 1694 Francesco Acquaviva d’Aragona est Grand-inquisiteur à Malte.

Le palais de l'inquisiteur à Malte est situé à Il-Birgu, l'ancienne capitale. Bâti dans les années 1530, on y voit encore le tribunal et les prisons.

L'inquisiteur dépend directement du Pape qui le charge de surveiller les turbulents Chevaliers de Malte.

La sorcellerie semble avoir été le motif le plus courant de comparution devant le tribunal, surtout durant les XVIIe et XVIIIe siècles.
Cardinal-évêque sans être prêtre !

En 1697 Francesco Acquaviva d’Aragona devient archevêque in partibus de Larissa, titre hororifique sans juridiction territoriale (c'est l'ancien siège métropolitain de la province romaine de Thessalie en Grèce).

Il est créé cardinal lors du consistoire du 17 mai 1706. Il devient cardinal-prêtre des titres de San Bartolomeo all'Isola, puis de Santa Cecilia in Trastevere

Camerlingue du Sacré collège en 1711-1712, il est enfin nommé cardinal-évêque au titre de Sabina  en 1724.

Tout cela sans jamais avoir été prêtre : Le cardinal Acquaviva n'est qu'un simple clerc tonsuré qui a bénéficié d'une dispense pour être sacré archevêque.
A la basilique Ste Cécile de Rome :
 
Pourvu du titre de Santa Cecilia in Transvetere, le cardinal Acquaviva se préoccupe de l'entretien de la vénérable basilique.

Fondée au Ve siècle et reconstruite en 822 l'église abrite les reliques de sainte Cécile et la fameuse statue de son martyre par Stefano Maderno.

Le cardinal Acquaviva finance la construction de la façade blanche de la basilique en style baroque, réalisée par Ferdinando Fuga. Le nom et les armes du cardinal figurent toujours sur la façade.
Le cardinal de couronne d’Espagne :      

Mgr Acquaviva d’Aragona est Nonce apostolique en Espagne de 1700 à 1706. Il appuie le roi Philippe V, allant jusqu'à fondre son argenterie pour soutenir sa cause.

Créé cardinal à son retour d'Espagne il devient à partir de 1713 le "cardinal protecteur" de la couronne d'Espagne.

A ce titre il est le lien entre l'Espagne et le Saint-siège. Il négocie le second mariage de Philippe V et c'est lui qui, en 1714, fait la demande officielle de la main d'
Elisabeth Farnèse pour le roi.

Le cardinal Acquaviva réside à l'ambassade espagnole, place d'Espagne à Rome, après que les autrichiens aient confisqué les biens de sa famille dans le royaume de Naples, entrainant des difficultés financières pour le cardinal.
Funérailles en présence du pape :
 
Le cardinal Acquaviva meurt à Rome le 9 janvier 1725.

Il est transféré à la basilique Ste Cécile où ses funérailles ont lieu le 11 janvier en présence du pape Benoît XIII.

Il est enterré dans le tombeau qu'il s'était fait construire lui-même dans la basilique et sur lequel figurent ses armes et cette épitaphe :

 
FRANCISCVS S · R · E · CARDINALIS DE
ACQVAVIVA ET ARAGONIA
EPISCOPVS SABINENSIS
HVIVS TITVLI COMMENDATARIVS
SACRIQVE CŒNOBII AC OMNIVM
HISPANIÆ REGNORVM
APVD SANCTAM SEDEM PROTECTOR
TEMPLO CVIVS DECOREM DILEXIT ET AVXIT
PROPE CARD: OCTAVII PATRVI SVI CINERIS
HIC MONVMENTVM SIBI VIVENS POSVIT
ANNO IVBILAEI MDCCXXV
OBIJT DIE VIII MENS · JAN · ANN · MDCCXXV
AETATIS SVAE ANN. LIX.
MEN. II DIE XXV.
Les Acquaviva d’Aragona :

La famille Acquaviva d'Aragon est une famille noble illustre des Abruzzes, dans le nord du royaume de Naples, dont le fondateur est Rinaldo, seigneur d'Atri, Forcella, Cantalupo, Castelvecchio et Acquaviva. Elle fait partie des sept sérénissimes grandes maisons du Royaume de Naples.

Les Acquaviva gagnent la faveur de la dynastie d'Aragon grâce à leur action lors de la prise d'Otrante en 1480 et obtiennent le droit d'ajouter la particule d'Aragon à leur nom de famille.
 
Ils sont ducs d'Atri dès le début du XVe siècle, ducs Nardò et de Noci, comtes puis princes de Caserte ainsi que comtes de San Flaviano et de Conversano.
Une famille de cardinaux :

Plusieurs cardinaux ont illustré la famille Acquaviva d’Aragona.

Le cardinal Francesco est le petit-neveu du cardinal Ottavio Acquaviva d'Aragona (1654), l'oncle du cardinal Troiano Acquaviva d'Aragona (1732) et le grand-oncle du cardinal Pasquale Acquaviva d'Aragona (1770).

Les autres cardinaux de sa famille sont Giovanni Vincenzo Acquaviva d'Aragona (1542), Giulio Acquaviva d'Aragona(1570) et Ottavio Acquaviva d'Aragona (1591).
Sources :

> I Testamenti dei Cardinali Francesco Acquaviva d'Aragona 

> Istoria della famiglia Acquaviva, reale d'Aragona

> Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques 

> Armorial des cardinaux 

> Nobili-napoletani, famiglia Acquaviva d'Aragona 

> The Cardinals of the Holy Roman Church, Biographical Dictionary 

> Real Academia de la Historia, Francesco Acquaviva d'Aragona y Caracciolo 

> Wikipédia, Francesco Acquaviva d'Aragona 

> Wikipédia, famille Acquaviva 

> Wikipédia, église Sainte-Cécile-du-Trastevere  
 


Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparaît à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créer un site
Créer un site