Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Gabriel-Jérôme de Bullion, comte d'Esclimont
(1695-1752)

 
 
Le livre :

Antoine Hamilton (1646, Roscrea, Irlande - 1720, Saint-Germain-en-Laye)
Mémoire du comte de Grammont

1749

Sans lieu, in fine : [De l'Imprimerie de Charles J.B. Delespine]

 
Le fer du possesseur :

Ecu timbré d'une couronne ducale, supporté par deux lions et posé sur deux batons de Prévôt de Paris en sautoir :

Ecartelé. En 2 et 4 : d'azur au lion d'or issant de trois ondes d'argent. En 2 et 3 : d'argent à la bande de gueules accompagnée de six coquilles de même.

 
Gabriel-Jérôme de Bullion
Comte d'Esclimont
seigneur de Wideville, Crespières, Mareuil et Montainville

( °1695 - Paris 21 décembre 1752)

Prévôt de Paris

colonel du régiment de Provence-infanterie
maréchal des camps et armées du roi

conservateur des privilèges royaux de l'Université de Paris

 
Une signature sur le livre :

Sur la page de titre apparait la mention "lu à Beaumont le 30 juin 1751" avec un paraphe.

Le livre a été édité en 1749. La mention a été portée sans doute par le premier possesseur, Gabriel Jérôme de Bullion mort en 1752. Le "B" du paraphe est probablement l'initiale de "Bullion".

Je n'ai pas pu trouver le lien entre le comte d'Esclimont et "Beaumont". Je note seulement que les châteaux de Beaumont et d'Esclimont étaient tous deux en région parisienne et que leurs seigneurs pouvaient se fréquenter.
Le Prévôt de Paris qui veux exercer ses fonctions en personne :
 
En 1722 le colonel Gabriel-Jérôme de Bullion succéde à son père dans la charge de "Prévôt de Ville, Prévôté et Vicomté de Paris". Le Prévôt de Paris est un juge royal d'épée à la tête de la juridiction du Châtelet, la justice de Paris.
 
Cette charge n'est pas exercée par un magistrat mais par un militaire. De ce fait elle est devenue progressivement honorifique, des lieutenants dirigeant en fait le Châtelet.
 
Mais le comte d'Esclimont souhaite exercer en personne ses fonctions et revendique le droit d'opiner lors des séances du tribunal. Pour cela il étudie le droit pendant deux ans auprès d'avocats.
 
Cette volonté lèse les intérêts de son lieutenant civil qui, ayant payé sa charge 500 000 livres, craint qu'elle perde de sa valeur. Elle lui attire aussi l'ironie des nobles d'épée qui trouvent "plaisant" qu'un militaire condescende à exercer les fonctions de juge.
 
Un procès s'en suit qui est perdu : Un arrêt du Conseil d'Etat du 10 novembre 1725 décide que le Prévôt de Paris s'abstiendra d'assister aux séances du Châtelet.
 
Ainsi la justice de Paris continue d'être rendue au nom du comte d'Esclimont (son nom et ses titres figurant en tête des jugements) sans qu'il puisse intervenir dans les décisions !
 
La carrière militaire, du mousquetaire au maréchal de camp  :

En 1713, Gabriel-Jérôme de Bullion, jeune chevalier de Malte, entre chez les Mousquetaires du Roi. Il devint colonel en 1718.

Brigadier des armées du Roi, il est le colonel du régiment de Provence-Infanterie. Il commande son régiment à la prise de Nancy en 1733, puis il est employé à l’armée du Rhin de 1734 à 1735.

Il est promu maréchal des camps et armées du Roi le 1er mars 1738.
Le chatelain d'Esclimont :

Gabriel-Jérôme de Bullion appartient à une famille originaire de Mâcon au XVI° siècle et largement possessionnée dans le centre de la France.

Son fief principal est celui d'Esclimont, à Bleury-Saint-Symphorien dans l'actuel département d'Eure-et-Loire.

Le château d'Esclimont, construit en 1543, est acquis en 1639 par Claude II de Bullion qui le met au goût du jour. Charles-Denis de Bullion fait bâtir la chapelle et les écuries.

Le mariage de la nièce de Gabriel-Jérôme de Bullion assurera la transmission d'Esclimont aux Montmorency-Laval. Par la suite les La Rochefoucauld leur succéderont.
La famille de Bullion :

L'ascension de la famille commence en 1560 avec Claude, important marchand en gros
de Mâcon, seigneur du Layer et de Sénecé. Jean (+ av. 1612), conseiller au Parlement de Paris, épouse Charlotte de Lamoignon.

Claude II (1580-1640), devient en 1632 surintendant des finances de Louis XIII et fixe le nom de Bullion. Noël (1615-1670) lui succède comme garde des sceaux de l'Ordre du Saint-Esprit [portrait à droite].

Son
fils Charles-Denis (1645-1721), gouverneur du Maine et prévôt de Paris, est le père de Gabriel-Jérôme.
Sources :
 
> "L'Etat de le France" 1736 : https://books.google.fr/books?id=QQr23mzSi9EC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q=bullion&f=false

> Page Wikipédia sur le comte d'Esclimont : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel-J%C3%A9r%C3%B4me_de_Bullion

> Procès perdu par le Prévôt de Paris : Chronique de la Régence ou journal de Barbier ,1857


> Généalogie de la famille Bullion : http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Bullion.pdf

> Histoire du château d'Esclimont : http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-eure-loir-chateau-a-st-symphorien-chateau-esclimont.html

> Sentence de police : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8608902z/f1.highres


 
Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparait à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créé avec Créer un site
Créer un site